L'article qui suit est amené à évoluer au fur et à mesure des informations qui nous parviendront. Il peut contenir des erreurs. Vous pouvez nous aider à l'améliorer en nous communiquant des informations supplémentaires. C'est la vocation même de cet article.


Qui était R. Charroy ?

En 1937, la société Mobilor embauche Jacques Hitier afin de réaliser du mobilier scolaire comportant des structures tubulaires. Il le fit fort bien.

Mais après la Seconde Guerre mondiale, la demande de mobilier scolaire est très forte et Jacques Hitier fait aussi profiter la société Mullca de son élégant coup de crayon.

Coup de crayon qui lui vaudra les faveurs de la maison Tubauto avec laquelle il collaborera durant quinze ans.

On comprend donc comment, en l’absence d’étiquette, on peut parfois confondre les trois éditeurs tout en reconnaissant le style d’Hitier.

Style qui a dû influencer un certain Charroy – qui a dessiné de superbes ensembles mobiliers pour Mobilor (notamment pour meubler l’université d’Antony).



Trois créateurs pour un seul nom

Néanmoins, et pour une raison qui m’échappe, une rumeur fit circuler l’idée que Marcel Gascoin était l’auteur du mobilier scolaire Mullca et on a assez largement associé le créateur de l’ARHEC à de nombreux meubles en tubes…

Fort heureusement, ceux qui avaient vent du travail de Jacques Hitier ont fini par être entendus. Et on a pu lui (ré)attribuer autant de pièces qu’on en retirait à Gascoin. Il est d’ailleurs encore de bon ton, lorsqu’on évoque Hitier, de rappeler cette méprise.

Mais, dans la précipitation, on a oublié d’extraire, à tout ce patrimoine tubulaire, l’apport de Charroy – qui est peut-être en train de vivre, vis-à-vis d’Hitier, ce qu’Hitier a vécu avec vis-à-vis de Gascoin… Là encore, l'erreur semble être largement corrigée.


Il ne reste plus qu’à savoir qui est (ou qui sont les) Charroy...

Concernant ses créations tubulaires, on sait que R. Charroy a réalisé, pour Mobilor, un très bel ameublement destiné à l’université d’Antony et des éléments ajustables et juxtaposables qui avaient pleinement leur place dans les intérieurs domestiques les plus soignés – et, aujourd’hui, les plus enviables.

 


Les éléments Mobilor de Charroy - SecrétaireLes éléments Mobilor de Charroy



Sur quelques réclames d’époque, en maison de vente ou sur internet, ce Charroy-là s’appelle R. Charroy ou Robert Charroy.

Mais en 1959, la revue Meubles et Décors (no 749) présente la série Luxe de Mobilor. Il n’est point question d’un mobilier en tube, mais d’un habile travail de menuiserie.

Cette série Luxe est signée Roger Charroy









Il est bien possible que deux Charroy (à l’initiale commune) aient travaillé en même temps pour Mobilor, qu’un rédacteur ait été victime d’une négligence nominale, que R. Charroy ait changé de prénom au cours de l’année 1959 ou qu’il ait été victime d’une confusion identitaire.

Mais, pour l’heure, je ne sais toujours pas qui est ce (qui sont ces) Charroy dont les quelques réalisations connues me semblent dignes d’un grand intérêt.

Et je saurai un gré extrême à quiconque démêlera ce nœud.

 

Voici le texte présentant la série Luxe Mobilor.

Les meubles de la série Luxe Mobilor se constituent au libre choix de l’utilisateur tant en ce qui concerne la hauteur et la longueur qu’en ce qui concerne le choix et la distribution des unités de rangement.

La longueur et la hauteur déterminent le bâti qui constitue l’ossature du meuble (côtés, dessus, séparations verticales et horizontales).

Les unités de rangement viennent se loger dans le bâti sans joint apparent ; ce sont : le secrétaire, la vitrine, le bar, la coiffeuse, la commode, la discothèque, l’élément radio-télévision et la penderie. Réalisation en acajou-sapelli vernis deux tons ou un seul ton ; créateur Roger Charroy.



Et le rédacteur d'ajouter :

Nous signalons à nos lecteurs que les photographies des meubles Mobilor-Luxe, de notre article Modèles de série, ont été réalisées dans le cadre de l’atelier Saint Sabin.



En effet, on rencontre quelques publicités Saint-Sabin assurant la promotion des éléments Mobilor. Et ces dernières sont aujourd’hui assez mal interprétées. Mobilor a bien distribué des réalisations de R. Charroy pour Mobilor, mais ne les a, en aucun cas, éditées.

 

Crédits et sources

Publicité : L. Chevalier

Photographies : Michel Arnoux

Revues : Meubles et Décors no 741, 742, 749, 750